semence fermièresemence fermièrecndsfsemence de fermesemence de fermecoordination Nationale pour la Défense des semences Fermières

Pour une autre politique semencière avec une semence fermière économique et écologique

accueil > Actualités > Communiqués de presse

Communiqués de presse

 24 Août 2016

Communiqué de Presse :

La CNDSF dénonce l’aide de la région IDF aux semenciers

 

Alors que la crise céréalière fait rage, la Région Ile-de-France va débloquer un budget de 6,5 millions d’euros pour financer les semences certifiées des blés pour les semis d’automne. Un geste qui ne s’adresse hélas pas aux bons destinataires selon la Coordination Nationale pour la Défense des Semences Fermières (CNDSF).


Favoriser les semences de ferme !

La CNDSF rappelle, qu’en période de crise, l’heure est aux économies : l’utilisation massive des semences de ferme sera, selon elle, la première mesure de sobriété à favoriser pour la campagne à venir.

D’autant que contrairement à ce que laisserait croire le communiqué de la Région IDF au sujet de cette opération, rien ne permet d’indiquer que les semences certifiées sont de meilleure qualité que les semences fermières puisque produits dans les mêmes champs. La supériorité de la qualité intrinsèque des semences certifiées par rapport à la semence de ferme n'a jamais été démontrée. Plus de 50% des semences de blé en France sont auto-produites par leur utilisateur.


Une aide mal ciblée…

Rappelons aussi que les semenciers ont obtenu une dérogation cette année pour vendre de la semence de ferme (R2) en tant que semence certifiée. Alors que le coût d’une semence fermière (incluant le prix des grains, le triage, le traitement avec le produit et l’ensachage) est de l’ordre de 52 €/ha, il faut compter un minimum de 92 €/ha avec une semence certifiée… pour le même résultat !

Pénalisés par de mauvais rendements et des prix très bas, les agriculteurs voient aujourd’hui leurs trésoreries à sec et leur proposer de telles fantaisies revient à les inciter à des dépenses inutiles.

Pour la CNDSF il est primordial d’orienter toutes les aides qui leur sont destinées directement vers les producteurs afin que ceux-ci en perçoivent l’intégralité. Que les semenciers puissent profiter d’un effet d’aubaine pour préserver leur chiffre d’affaires et leurs marges ne nous paraît pas prioritaire aujourd’hui.

 

CONTACTS :

Président : Philippe RIBAULT : 06 10 33 89 94

Porte-Parole : Claude CELLIER : 06 83 18 51 54

Loi contrefaçon : La lutte contre la contrefaçon va t-elle nier les droits des agriculteurs ?

Le 20 novembre, les sénateurs discuteront et voteront en séance publique une proposition de loi « tendant à renforcer la lutte contre la contrefaçon », un sommet dans la recherche de profit absolu. Il n’est plus ici question de vendre et d’acheter. Il s’agit, pour les firmes, de s’approprier le savoir acquis au quotidien par les paysans d’aujourd’hui et d’hier.

En 10 000 ans d’agriculture, on ne s’était jamais posé la question. Les paysans ont semé et choisit, saison après saison, les graines qu’ils allaient replanter. De la même manière, les éleveurs ont sélectionné leurs reproducteurs. C’est leur métier. C’est ce qui fait aujourd’hui de l’agriculture un domaine riche de savoirs, ce qui nous a permis de conserver la diversité du vivant. C’est un patrimoine universel qui n’a pas de prix.

On le croyait en tout cas, jusqu’à ce que certains décident de se désigner comme propriétaires de ce patrimoine. C’est donc au nom de la « propriété intellectuelle » que quelques industriels feront payer, de façon systématique, les paysans qui ne faisaient alors que leur métier.

Cette proposition de loi, et l’arsenal juridique déjà existant, piègent de fait les paysans. Ressemer des semences, donc les reproduire, sera une contrefaçon. Le paysan pourra alors voir sa récolte simplement saisie par les services de l’État. Pour éviter tout problème, il devrait donc, chaque année racheter ses semences ou payer des royalties. Le fonctionnement sera le même en élevage pour les mâles reproducteurs. Et il n’y a pas d’échappatoire ! Tout paysan qui ne pourra présenter les factures de ses semences, de ses animaux ou de ses préparations naturelles sera considéré, a priori, comme étant dans l’illégalité. L’industrie se retrouve donc seule à avoir le droit de poursuivre le travail engagé par les paysans depuis des millénaires !

Cette loi, en criminalisant le métier même de paysan, nie leur savoir, et bafoue leur liberté. Elle porte aussi l’appauvrissement irrémédiable de la biodiversité. C’est cette responsabilité que nos élus portent en ce moment. Et il est de notre devoir de le leur rappeler.


Le collectif "semons la biodiversité", Terre et Humanisme, Bioconsomacteurs, Court-Jus
 

Télécharger la lettre ouverte aux sénateurs et l'argumentaire!

19/06/2012 - Remettre à plat la réglementation « semences », c’est indispensable !

La Coordination Nationale pour la Défense des Semences Fermières, réunie en Assemblée Générale le 7 juin 2012, réaffirme sa place de dernier rempart face au rouleau compresseur de la filière semence commerciale.

Avec la loi « Certification d’Obtention Végétale » votée en catimini le 28.11.2012 à l’Assemblée Nationale, la Coordination dénonce le problème d’une réglementation non adaptée aux pratiques agricoles, et notamment en lien avec l’actualité du gel 2012 et les divers aléas climatiques de la saison.

Elle revendique la possibilité de ressemer sans aucune contrainte des semences issues de l'ancienne récolte pour toutes les espèces cultivées, cette liberté ancestrale demeure essentielle pour l'activité agricole.

Elle demande à être reçue par Mr le ministre S. Le Foll et réclame une participation aux instances de représentation.

La semence de ferme ne doit pas être livrée aux seuls intérêts commerciaux, la réglementation « semences » doit être remise à plat dans le sens de l’intérêt général, dans les meilleurs délais.

 

Contacts :

Michel GERAY - Porte parole : 06 16 49 50 29

Jean-Louis Courtot - Président : 06 73 87 95 01

Bagnolet, le 14 Novembre 2013

Communiqué de presse :
Agriculteur et semence de ferme = organisation mafieuse et terroriste, argent sale, travail illicite
.

Le 20 novembre prochain, les sénateurs vont examiner un projet de loi destiné à renforcer la lutte contre la contrefaçon. Ce texte scandaleux pour le végétal et le vivant condamne à priori les agriculteurs ayant recours à l’auto production de semences (semence de ferme) tels de vulgaires criminels.

NON ! Les agriculteurs n’exploitent pas les êtres humains, ne font pas du travail illicite, n’enfreignent pas la législation du travail, ne violent pas les droits de la personne humaine, ne financent pas les organisations mafieuses et terroristes et ils ne blanchissent pas l’argent sale !

Ce sont pourtant là les arguments avancés pour justifier cet amendement. Pire encore, les détenteurs de CVO pourront saisir les services des douanes sur la base d’une simple présomption pour réaliser des saisies chez les agriculteurs parce que le seul fait de recourir à la semence de ferme pourra suffire à de telles saisies. Les douaniers pourront d’ailleurs être autorisés à se faire passer pour un « agriculteur criminel » afin de collecter des informations sur l’hypothétique contrefaçon, ou encore à se présenter comme acheteur de semences de ferme pour prouver la contrefaçon. Dans tous les cas, l’agriculteur ayant recours à la semence de ferme est à priori coupable et il devra apporter la preuve du contraire.

Cette proposition de loi donnant pouvoir du monde des semenciers et des multiplicateurs sur les services des douanes. La CNDSF s’interroge sur les motivations réelles de cette proposition de loi qui volontairement inclue les certificats d’obtentions végétales. Elle s’oppose fermement à ce texte scandaleux et injurieux pour les agriculteurs français qui par leur travail inlassable garantissent notre souveraineté alimentaire et soutiennent notre économie moribonde.

Le domaine végétal ne peut être traité de la même façon qu’un brevet de propriété intellectuelle et le paysan français ne peut être considéré comme un mafieux contrefacteur !

En PJ, un argumentaire, la lettre ouverte et le communiqué de presse

Contacts :
Jean-Pierre Fonbaustier, porte-parole de la CNDSF: 06 73 87 95 01
Jean-Louis Courtot, président de la CNDSF: 06 42 97 52 01

Une réglementation semence inadaptée face aux risques climatiques

Le gel de nombreuses cultures d’hiver en France et en Europe a prouvé encore une fois que la réglementation semence était inadaptée aux pratiques agricoles.

En effet, si les agriculteurs n’avaient pas eu recours aux traditionnels échanges de semences, de nombreuses parcelles n’auraient pu être ressemées ce printemps.

La réglementation considère pourtant l’échange de semence comme une contrefaçon, c’est inique !

Les agriculteurs n’échangent pas des semences pour un quelconque intérêt financier mais simplement parce que cette pratique est indispensable au besoin de réactivité permanente de cette profession.

L’État doit mettre fin aux investigations et poursuites insensées concernant les chantiers de préparation des semences de ferme.

La réglementation semence doit être revue à tous les niveaux (national, international et européen) sans précipitation et en prenant en compte, l’intérêt général.

Contacts :

 

Michel GERAY, Porte parole 06 16 49 50 29

Sylvain Ducroquet, Président 06.77.79.22.37

 

24/02/2012 - Conférence de Presse de la CNDSF

 Agricultrices, Agriculteurs : votre liberté vous échappe !

 - 50% du Blé Tendre semé en France l’est à partir de Semences Fermières, (jusqu'à 70% dans certains départements historiquement très céréaliers)

- Le niveau de prélèvement de la CVO (contribution volontaire obligatoire) ne doit pas être fixé par le Conseil d'État. Il doit être décidé par une l'interprofession semencière enrichie de toutes les structures représentatives et surtout impartiale.

- La liste des 21 Espèces autorisées à la multiplication est trop restrictive pour des exploitations agricoles modernes et respectueuses de l'environnement. (Soja, Moutarde et Phacélie : quelques espèces interdites de multiplication).

- 78% des Agriculteurs ayant répondu à un sondage de la revue France Agricole, ont répondu Non à la question: « La loi adoptée par les députés est-elle équilibrée pour l'intérêt des Agriculteurs ? »

Et vous qu'en pensez-vous?

 

Rendez vous le mardi 28 février 2012 à 11h au salon de l'Agriculture au stand de la région Centre Localisation : 7.1 G 08 interpellation des candidats, loi incompatible avec les pratiques agricoles
 

Contacts :

 

Michel GERAY, Porte parole 06 16 49 50 29

Sylvain Ducroquet, Président 06.77.79.22.37

 

30/11/2011 - Une loi pour entraver la semence de ferme

Il n’y a pas eu de surprise hier soir à l’assemblée nationale. Les députés convoqués à la dernière minute, n’étaient pas 20 en séance pour discuter de cette pratique essentielle aux agriculteurs : le droit de ressemer leur propre récolte.
Comme la majorité l’avait annoncé, elle n’a accepté aucune modification de la loi.
Sous la pression des puissantes firmes semencières, un cadre juridique incompatible avec les pratiques agricoles visant en particulier le triage à façon a été voté.
La rémunération de l’obtenteur imposée à l’autoconsommation des fourrages et céréales fourragères sera une usine à gaz inapplicable a la conduite des fermes d’élevage.

Aucune transparence n’a été acceptée dans la gestion des rémunérations et l’orientation de la recherche, la majorité refuse toujours d’ouvrir les portes de l’interprofession aux trieurs à façon et à tous les syndicats agricoles représentatifs.

L’objectif de la loi reste donc toujours le même, faire passer l’agriculteur par l’achat de semence.
Pour la CNDSF cette loi est incompatible avec la nécessaire souplesse dans la gestion des exploitations agricoles. L’obligation de rémunérer l’obtenteur ne peut se mettre en place qu’avec la contrepartie de légaliser l’échange de semence, pratique indispensable à une agriculture rémunératrice des paysans et capable d’assurer la souveraineté alimentaire.

Pour la CNDSF il était inimaginable de poursuivre en contrefaçon un agriculteur ou un trieur, mais les députés l’ont inscrit dans la loi, le 28 novembre 2011.

Contacts :


Michel Géray, porte parole : 06 16 49 50 29
Sylvain Ducroquet, président : 06 77 79 22 37

Télécharger le communiqué de presse

16/11/2011 - Loi sur l’obtention végétale en contradiction avec l’évolution des pratiques agricoles et le plan Ecophyto 2018 

Le 15 novembre 2011, la commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale a adopté, sans amendement, la proposition de loi sur le renforcement de la protection des obtentions végétales.
La Coordination Nationale pour la Défense des Semences Fermières (CNDSF) est consternée par cette décision inadaptée aux pratiques agricoles. La proposition de loi bénéficie uniquement à la filière semence, dont les objectifs sont essentiellement guidés par l’intérêt commercial.
Par ces temps de crise, nous espérions que les députés allaient faciliter la pratique de la semence de ferme, offrant de nombreux avantages aux agriculteurs et à la société. Cette semence revient deux fois moins cher que les semences commerciales, avec deux fois moins d’insecticides. Elle permet la pratique de mélanges variétaux, de couverts végétaux sans délocaliser la production de semences, et d’assurer les récoltes en cas d’accidents de toutes sortes.
Pour toutes ces raisons, la semence de ferme méritait que sa mise en oeuvre soit assouplie au lieu d’accroître les restrictions juridiques. La règlementation semence basée sur la convention UPOV1 de 1991, peu connue des agriculteurs, est incompatible avec les nécessités d’adaptation constante de l’agriculture.
La CNDSF continuera à se mobiliser contre cette loi, favorisant la poursuite des agriculteurs en contrefaçon, et appelle les députés à la refuser lors de son passage à l’assemblée nationale.


Contacts :

Michel Geray, Porte-parole de la CNDSF : 06 16 49 50 29
Sylvain Ducroquet, Président de la CNDSF : 06 77 79 22 37

Télecharger le communiqué de presse

Novembre 2011 - Loi sur l’obtention végétale : dans la ligne d’une réglementation rampante contre la semence de ferme.

En Eure et Loir la majorité des agriculteurs pratiquent la semence de ferme : (plus de 70% pour le blé tendre et les pois).
La loi qui a été adoptée par le sénat et qui sera soumise à l’assemblée nationale dans les semaines qui viennent et qui prétend « légaliser la semence de ferme » a bien pour but de « renforcer la protection de l obtenteur » qu’on ne s’y trompe pas !
Un des points important est l’obligation de rémunérer l’obtenteur qui d’ ailleurs a été adoptée par l’Europe en 1994. Elle est appliquée en France pour le blé tendre et contrôlée par une interprofession non pluraliste. Il serait d’ abord important de respecter le pluralisme syndical dans ce domaine, de redéfinir l’orientation de la recherche tournée fortement vers le marketing et les variétés hybrides non reproductibles.
Cette loi ne prend pas en compte non plus certaines évolutions de la réglementation PAC qui rendent obligatoire la couverture des sols par des cultures intermédiaires. Notre demande d’autoriser clairement la reproduction de toutes les cultures et notament des cultures intermédiaires n’a pas été prise en compte par le sénat. Pourtant la plupart de ces semences sont produites en Europe de l’Est, cette situation nous rend très dépendant de divers aléas, sans parler de la forte inflation subie sur le prix des semences, depuis que les couverts végétaux sont rendu obligatoires.
De nombreuses pratiques ancestrales comme l’échange de semences, que tout agriculteur a pratiqué un jour ou l’autre, parce que les aléas de notre métier l’exigent, sont dans le collimateur de la loi.
Enfin la loi précise que « le non respect des conditions de la pratique de la semence de ferme sera regardé comme contrefaçon » !
Pour la CNDSF la loi doit garantir le droit de ressemer librement sans contraintes incompatibles avec les pratiques agricoles. En aucun cas un agriculteur ne doit être poursuivi, dès lors qu’il n’y a pas commercialisation de semences.

Contacts :

Michel Géray 06 16 49 50 29
Philippe Ribault, Hugues Lemaitre, Gilles Menou

Télecharger le communiqué de presse

19/10/2011 - Propagande méprisante du semencier Vilmorin contre les agriculteurs utilisateurs de semences de ferme

La Coordination Nationale pour la Défense des Semences Fermières s’insurge des déclarations mensongères du semencier Vilmorin, s’affichant au service des agriculteurs. Dans un article de terrenet intitulé « Blé Ogm - Le semencier Vilmorin vise la place de leader » paru le 16 octobre 2011, le directeur général délégué de Vilmorin a déclaré : « même en Europe, les agriculteurs sont nombreux à utiliser des semences de ferme issue de la précédente récolte. Or ces semences n’ont pas un rendement suffisant pour répondre aux besoins alimentaires ».
Contrairement aux dires de Vilmorin, les semences de ferme ont un réel intérêt face aux semences certifiées. Pour cette raison, la majorité des agriculteurs européens (environ 50%) autoproduise leurs semences. Les rendements sont aussi productifs avec des semences de ferme qu’avec de semences certifiées et les coûts de production des semences sont moindres (30 à 40 % inférieur en blé).
Dans le département de l’Eure et Loir, premier producteur de blé français, la semence de ferme y représente plus de 70% des emblavements. Ce qui n’empêche pas les agriculteurs de cette région d’avoir une réputation de techniciens et de gestionnaires. Des expérimentations variétales, menées par des organismes indépendants (CETA et autres services techniques de chambres…), ont montré des lots de performances similaires entre semences de ferme et commerciales.
Par ailleurs, l’appellation « semence certifiée » diffère dans les différents pays d’Europe. Notamment en Italie, une semence de génération R2 est une semence certifiée alors qu’en France, cette même semence R2 est une semence de ferme (R2 issue de R1 certifiée). Le rendement d’une semence certifiée italienne serait-il inférieur à celui d’une semence certifiée française ?
La CNDSF affirme que la semence de ferme est une pratique rentable et incontournable pour faire face aux nouveaux défis futurs. En cas de crise majeure et de destruction de semis liée aux aléas climatiques (sécheresse, attaque de ravageurs, etc..), l’industrie semencière et sa politique de stocks en flux tendus serait incapable de faire face à une pénurie de semences. Ce sont les stocks de semences de ferme qui permettraient les re-semis et qui contribuent ainsi à la sécurité alimentaire.


Contacts :

Michel Geray, Porte-parole de la CNDSF : 06 16 49 50 29
Sylvain Ducroquet, Président de la CNDSF : 06 77 79 22 37

Télecharger le communiqué de presse

16/06/2011 - La CNDSF demande une dérogation pour permettre l’échange de semences entre agriculteurs


Face aux conditions climatiques exceptionnelles et aux conséquences pour les agriculteurs français quant à l’approvisionnement en semences, la CNDSF a envoyé le 15 juin 2011 une lettre ouverte au Ministre de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche et au Ministre de l'Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement.

Dans cette lettre, nous demandons aux ministres que soit levée l’interdiction d’échanges de semences de ferme entre agriculteurs.

La lettre ouverte se trouve en pièce jointe.


Contacts :

Michel Geray, Porte-parole de la CNDSF : 06 16 49 50 29
Sylvain Ducroquet, Président de la CNDSF : 06 77 79 22 37


Télécharger la lettre

22/02/2011 - Des contrôles sur la semence fermière pour tenter de faire appliquer des règlements de moins en moins adaptés aux pratiques agricoles !

De plus en plus fréquemment, les trieurs à façon et agriculteurs sont l’objet de contrôles par les agents du GNIS détachés à la DGCCRF sur leur chantier de triage. A l’heure ou le parlement va légiférer sur la question du « conflit d’intérêts », est-il logique que des agents de l’interprofession privée semencière GNIS, hostiles aux semences de ferme, accompagnent systématiquement les agents des fraudes dans leur mission de service public ?

Que peut-on reprocher aux trieurs ? Ils préparent la semence que leur apportent les agriculteurs. Dans 85% des cas, il s’agit de blé tendre sur lequel les agriculteurs, pratiquant la semence de ferme, paient une Contribution Volontaire Obligatoire (CVO) pour un montant proche de 10 millions € chaque année. Cette contribution ne suffit-il pas ?

En 2010, le plan protéine, découlant du bilan de santé de la PAC, n’aurait pu atteindre ses objectifs sans le concours des trieurs et de la semence de ferme. Les semenciers n’avaient ni prévu une telle hausse des surfaces, ni un automne 2009 très sec ayant provoqué le ressemis de nombreuses parcelles de colza non levées. Les agriculteurs se sont retrouvés face à une pénurie de semences commerciales et ont pu respecter leur engagement dans le plan protéine grâce à l’autoproduction de semences.

Aujourd’hui, des agriculteurs sont menacés de poursuites en contrefaçon devant les tribunaux pour avoir ressemé leur propre récolte : c’est inacceptable ! La semence de ferme favorise la diminution d’utilisation des phytosanitaires, l’adaptation des doses de traitement de semences aux nécessités de chaque parcelle et l’utilisation de mélanges variétaux.

A l’heure où se prépare une évolution de la réglementation sur les semences, les pouvoirs publics doivent prendre conscience que ces règlements sont totalement inadaptés aux pratiques agricoles.
Si nous pouvons admettre que le travail des chercheurs doit être rémunéré, plusieurs questions se posent : Quelle recherche voulons-nous ? Dans quel but (marketing ?) et par qui ?

La CNDSF affirme qu’il est inadmissible qu’un agriculteur ou un trieur à façon soit poursuivi pour contrefaçon dès lors qu’il n’y a pas commercialisation de la semence de ferme.

Contacts :

Michel Géray, Porte-parole de la CNDSF : 06 16 49 50 29
Sylvain Ducroquet, Président de la CNDSF : 06 77 79 22 37

Télécharger le communiqué de presse

 

19/01/2011 - Stop au financement de la recherche par des droits de propriété intellectuelle !

Le GNIS (Groupement National Interprofessionnel des Semences et Plants) annonçait, dans son communiqué du 19 novembre 2010, « le dynamisme du secteur des semences et plants malgré un contexte économique difficile ». La Coordination Nationale pour la Défense des Semences Fermières (CNDSF) s’étonne de la communication récente de l’Union Française des Semenciers (UFS) sur son manque de moyens pour la recherche variétale.

Le secteur des semences et plants est largement favorisé ; a-t-il besoin de moyens supplémentaires pour financer la recherche? Il perçoit chaque année, en France, 10 millions d’euros de contribution volontaire obligatoire (CVO) prélevée sur le blé tendre des agriculteurs qui reproduisent leurs semences à la ferme. Les variétés sont protégées par un certificat d’obtention végétale (COV) et bénéficient de 25 ans de protection intellectuelle alors que la durée de vie d’une variété est aujourd’hui de 5 à 6 ans! Par ailleurs, il n’existe que très peu de variétés « génériques » libres de droits sur le marché.

Le financement de la recherche est assuré par les bons résultats du secteur semencier. L’orientation de cette recherche répond-elle aux besoins des agriculteurs? Avons-nous besoin d’une telle profusion de variétés de blé génétiquement très proches pour satisfaire les besoins des réseaux commerciaux alors que les rendements plafonnent depuis 15 ans? La recherche se dirige vers le verrouillage des semences par la sélection de variétés hybrides ou modifiées. Récemment, certaines maisons de semences ont décidé d’orienter 100 % de leurs programmes de recherche sur des variétés hybrides, non reproductibles à la ferme.

La CNDSF est favorable au financement d’une recherche axée sur l’amélioration des variétés au profit des agriculteurs et de l’environnement. La CNDSF propose de réfléchir à un financement de la recherche découplé des modes de production agricole et de stopper le prélèvement de droits de propriété intellectuelle sur les semences de ferme.

Contacts :

Michel Géray, Porte-parole de la CNDSF : 06 16 49 50 29
Sylvain Ducroquet, Président de la CNDSF : 06 77 79 22 37

Télécharger le communiqué de presse

23/06/2010 - Semences de ferme : La CNDSF veut alerter les pouvoirs publics sur des pratiques illégales (VIDEO)

Vidéo publiée le mercredi 23 juin 2010 sur www.lafranceagricole.fr suite à un point de presse le mercredi 23 juin 2010 à l’Assemblé générale de la CNDSF : http://www.lafranceagricole.fr/video-et-photo-agricole/actualites-evenements/semences-de-ferme-alerte-de-la-cndsf-sur-des-pratiques-illegales-29119.html

Au cours de son assemblée générale du 23 juin 2010, la CNDSF (Coordination nationale pour la défense des semences fermières) a rappelé tous les « chantiers » sur les lesquels elle travaille afin de défendre la pratique de la semence de ferme.

L'organisation souhaite ainsi alerter les pouvoirs publics sur des activités qui semblent illégales : « Des coopératives proposent aux agriculteurs des semences certifiées à façon mais aussi des ventes liées », signale Sylvain Ducroquet, président de la CNDSF.

Elle se bat aussi pour que la pratique de la semence de ferme soit autorisée sur toutes les espèces, et notamment sur les cultures intermédiaires. « Il est inacceptable que la dérogation en faveur des agriculteurs soit limitée à 21 espèces (règlement CE n° 2100/94 du 27 juillet 1994). »

Elle a aussi pointé du doigt les diverses tentatives de la filière des semences pour faire payer des royalties aux agriculteurs. « Des essais de passage en force et par surprise d'amendements au profit de la filière des semences lors du vote de la LMA sont révélateurs des intentions de la filière, informe Sylvain Ducroquet. Alerté à temps, nous sommes intervenus auprès des sénateurs et ces amendements ont été jugés non recevables. »

L'organisation estime pourtant « qu'en ces temps difficiles pour l'agriculture, les pouvoirs publics peuvent aider les agriculteurs, sans qu'il leur en coûte, en facilitant la reproduction des semences à la ferme sans contrainte ».

Un syndicat des trieurs à façon européens (Emsa) a de plus été créé il y a un an avec les anglais. La volonté de l'Emsa (association mobile des semences européennes) est de peser à Bruxelles sur les négociations et d'échanger avec la filière des semences.

« Première petite victoire. Nous participons depuis le début de l'année au groupe de travail qui débat sur les semences fermières à Bruxelles ! », se réjouit Sylvain Ducroquet.

C.F.

 

 

28/05/2010 - Les Sénateurs refusent la privatisation des semences

La Confédération paysanne, le Réseau Semences Paysannes (RSP), la Coordination Nationale pour la Défense des Semences Fermières (CNDSF), la Coordination Rurale (CR) et le MODEF se félicitent du refus des sénateurs de voter les amendements scélérats à la Loi de Modernisation Agricole visant à privatiser les semences. Nous actons la position du gouvernement qui ne les a pas soutenus.

Ces amendements ont été présentés à la dernière minute au détour d'une loi concernant l'agriculture et non le développement de l'industrie des semences. Ils visaient en effet à étendre de manière totalement abusive la protection intellectuelle des variétés mises en marché aux semences fermières produites par les paysans, jusqu'à leur récolte et au produit de leur récolte. L'industrie voulait pouvoir exiger le paiement de royalties par tout agriculteur souhaitant utiliser une partie de sa récolte comme semences alors que la totalité des semences industrielles sont issues des variétés sélectionnées par des centaines de générations de paysans sans qu'aucune rémunération ne leur ait été jamais versée. L’industrie semencière prétendait même pouvoir s'emparer de la récolte ou des produits qui en sont issus jusque dans l'assiette du consommateur en cas de non paiement de ces royalties.

La multiplication d'une partie de la récolte à la ferme est pourtant le seul moyen de pouvoir adapter les variétés à la diversité des terroirs et aux changements climatiques de plus en plus brutaux et permet une adaptation des semences aux nécessités de l’agriculture locale. Elle seule permet de garantir l'autonomie des paysans et la souveraineté alimentaire des peuples face aux menaces de contrôle de la totalité des semences et de la nourriture par une poignée de multinationales.

La Confédération paysanne, le RSP, la CNDSF, la CR et le MODEF remercient les sénateurs, les paysans et les citoyens qui se sont mobilisés pour dénoncer et refuser cette tentative de hold-up.

Contacts :

Philippe Collin, Porte-parole de la Confédération paysanne : 06 76 41 07 18
Guy Kastler, Délégué général du Réseau Semences Paysannes : 06 03 94 57 21
Sylvain Ducroquet, Président de la CNDSF : 06 77 79 22 37
François Lucas, Président de la Coordination Rurale : 06 70 64 88 15
Jean Mouzat, Président du MODEF National : 06 80 40 90 67

Télécharger le communiqué de presse

 

 

26/05/2010 - Le 18h sur la TV public sénat : participation de la CNDSF à un débat sur la rémunération de la recherche sur les semences.


Dans le cadre de la Loi de Modernisation Agricole, la question des semences est en débat au Sénat : les agriculteurs doivent-ils s'acquitter d'une taxe pour réutiliser leurs propres semences ? Pour répondre à cette question, Jean-Pierre Fonbaustier de la CNDSF a participé avec Rémi Haquin de l'AGPB (Association Générale des Producteurs de Blé) au débat du «18h » de la TV public Sénat sur la rémunération de la recherche dans le cadre des amendements sur la semence de ferme.


Pour visionner ce débat : http://www.publicsenat.fr/vod/le-18h/louis-mermaz,-senateur-ps-de-l-isere/remi-haquin,jean-pierre-fonbaustier,louis-mermaz/65236

 

20/05/2010 - Les semenciers tentent de passer en force dans la LMA

La Loi de Modernisation Agricole (LMA) en discussion ces jours ci au Sénat sert de cheval de Troyes aux semenciers.
En effet 3 amendements ont été déposés ces derniers jours : ils ont pour but de faire passer le contenu de la loi sur le renforcement de l’obtention végétale (LROV) rejetée en 2006 au cœur de la LMA.
Comme en 2007 lors du vote final dans la loi sur la contrefaçon, les semenciers tentent cette fois ci le passage en force de la LROV lors du débat sur la LMA, sans y avoir été invités.

La CNDSF s’offusque une fois de plus de la méthode utilisée, puisqu’elle avait demandé en 2006 et en 2007 qu’une concertation ait lieu avant la reprogrammation de la loi sur le renforcement de l’obtention et que le gouvernement s’était engagé à l’automne 2007 au sénat par la voix du secrétaire d’Etat Novelli à ce qu’il y ait concertation au sein d’une loi « semence » dédiée uniquement à la question de l’obtention végétale.

Ces amendements paraissent déplacés et tout à fait malvenus dans un contexte agricole tendu.
Comment expliquer aux agriculteurs le passage en force d’une loi qui vise à leur faire payer de nouvelles Cotisations Volontaires Obligatoires sur toutes les espèces, alors même que leur trésorerie est mise à mal et que le recours à la semence à la ferme pour baisser leurs charges est une question de survie pour bon nombre d’exploitants. Il faut rappeler également que si les comptes d’exploitations sont actuellement plombés, c’est en partie lié à une hausse considérable des prix des semences industrielles et commerciales subis en 2007 et en 2008.

La baisse des charges pour les paysans est une évidence omniprésente et permanente, mais force est de constater que loin de la base, les milieux semenciers s’obstinent sur la volonté de taxer davantage la semence à la ferme, qu’utilisent plus de 200 000 agriculteurs en France, soit 50 % du volume total semences de céréales et oléo-protéagineux. Restreignant ainsi la libre utilisation de la récolte.

La CNDSF, prête au dialogue, demande que la LMA en reste à la modernisation de l’agriculture française et que la question de la semence soit débattue sereinement, comme s’y était engagé le gouvernement en 2007, en concertation avec les défenseurs de la semence de ferme.

Contacts :

Michel Géray, Porte-parole de la CNDSF : 06 16 49 50 29
Sylvain Ducroquet, Président de la CNDSF : 06 77 79 22 37
 

Télécharger le communiqué de presse
 

 

02/03/2010 - Semences fermières : 54 % de semis de blé tendre en 2009 (CNDSF)

Vidéo publiée le mardi 02 mars 2010 sur www.lafranceagricole.fr suite à un point de presse le mardi 2 mars 2010 au Salon de l'agriculture.

« En 2009, la part des semences fermières a atteint 54 % en blé tendre », a estimé Sylvain Ducroquet, président de la Coordination nationale pour la défense des semences fermières (CNDSF), lors d'un point de presse le mardi 2 mars 2010 au Salon de l'agriculture. Les semences fermières ont connu, toutes céréales confondues, une hausse de 25 % entre 2009 et 2010. »

« Les semences fermières de pois et féveroles connaissent aussi une explosion grâce au plan de relance des protéagineux. »

« De même pour les semences fermières de cultures intermédiaires avec la directive nitrates », a énuméré S. Ducroquet.

Cette progression fait suite à deux années de pénurie en variétés de semences certifiées et s'explique par la recherche de la réduction des charges des agriculteurs.

La CNDSF souhaite aller plus loin pour favoriser l'utilisation des semences fermières.

« A l'occasion de la révision du règlement européen sur le secteur des semences, nous demandons à ce que la liste des 21 espèces autorisées en semences fermières soit rallongée. Il faut un système qui tienne compte de la liberté qu'a l'agriculteur de produire les espèces de son choix en semences certifiées. Ces semences, rappelle le président de la CNDSF, permettent d'assurer l'approvisionnement et de réduire les charges. »

F.M.

 

 

17/12/09 - La semence de ferme au secours des agriculteurs

La campagne 2009 a été une très bonne année pour la semence de ferme : sa production a augmenté de 20 à 25% en volume pour les céréales. Elle est venue au secours des agriculteurs car elle permet de limiter les charges en maintenant une qualité égale, voire supérieure. Sans la semence de ferme, tous les agriculteurs n’auraient peut être pas pu emblaver leur terre.

La Coordination Nationale pour la Défense des Semences Fermières (CNDSF) revendique le droit pour tous les agriculteurs d’utiliser la semence de ferme et demande que les contraintes pesant sur elle soient levées.

Le projet de 4ème programme Directives Nitrates impose la couverture totale des sols nus l’hiver sur les zones vulnérables d’ici 2012. Cependant, certaines CIPAN (Culture Intermédiaire Piège à Nitrates), dont la moutarde, ne font pas partie de la liste des 21 espèces autorisées à la pratique de la semence de ferme au niveau européen. La semence de ferme est essentielle pour assurer la couverture des sols puisque l’approvisionnement en CIPAN n’est pas suffisant pour satisfaire la demande et que les charges liées à la couverture des sols ne sont pas soutenables sans le recours à la semence de ferme.

En outre, dans le cadre du bilan de santé de la PAC, l’article 68 prévoit la relance des cultures de protéagineux avec un objectif de 400 000 hectares en 2012. Pour atteindre cet objectif, les agriculteurs ont plus que jamais besoin des semences de ferme car il manque de semences de protéagineux en France. Par ailleurs, le soja n’est pas non plus autorisé à être ensemencé avec de la semence de ferme.

La semence de ferme est donc une pratique incontournable pour faire face aux nouveaux défis futurs et elle doit être reconnue comme un droit inaliénable de tous les agriculteurs !

Contacts :

Michel Géray, Porte-parole de la CNDSF : 06 16 49 50 29
Sylvain Ducroquet, Président de la CNDSF : 06 77 79 22 37
 

Télécharger le communiqué de presse

imprimer la page envoyer un lien vers la page ok
Nous soutenir

Association libre et indépendante, la Coordination Nationale pour la Défense  des Semences Fermières a besoin de votre soutien financier pour poursuivre ses actions et son travail de sensibilisation. Vous pouvez nous envoyer un don par chèque au nom de la CNDSF à l’adresse suivante : Maison des associations 79 bis avenue Gallieni 93170 BAGNOLET.

Nous avons plus que jamais besoin de vous pour continuer. Merci beaucoup !

 
Animation CNDSF
Coordination Nationale pour la Défense des Semences Fermières
Maison des associations
79 bis avenue Gallieni - 93170 Bagnolet
Tél: 00 33 1 43 62 18 73 Fax : 00 33 1 43 62 80 03
cont@ct : animation.cndsf@gmail.com

Président CNDSF
Jean-Louis COURTOT
06 73 87 95 01
Porte parole CNDSF
Claude CELLIER
06 83 18 51 54
  retour haut de page